Lacaune Lait
Lacaune Lait
Lacaune Viande
Produits laitiers
La Viande
Autres produits
Les liens
La race Lacaune Lait est exploitée dans la zone appelée « Rayon de Roquefort » pour une production laitière servant traditionnellement à la fabrication du fromage de Roquefort ou de fromages élaborés par les transformateurs laitiers. Hors de cette zone et hors des bassins traditionnels de lait de brebis, elle est élevée, dans 45 % des cas, pour la production de fromages fermiers (Pérails, yaourts, tomes...) et 55 % des élevages livrent à des entreprises coopératives ou privées qui ont développé une production de fromages au lait de brebis.


Conduite de la reproduction

Traditionnellement, la production laitière pour la fabrication du fromage de Roquefort connaît un cycle annuel basé sur la période d’ouverture des laiteries à partir du 15 novembre jusqu'au 31 août. Seulement 10 % des troupeaux produisent du lait hors de cette période. La reproduction est donc caractérisée par une seule mise bas par campagne : à l’automne.
Un troupeau se compose en moyenne de 25 % d’agnelles, 60 % de brebis de 2 à 5 ans et de 15 % de brebis de plus de 5 ans. La lutte a lieu en juin – juillet pour les adultes, un mois plus tard pour les jeunes femelles appelées « agnelles » qui sont alors âgées de 8 mois. La durée de gestation est de 5 mois.
Un très grand nombre de brebis est synchronisé grâce à la méthode des éponges vaginales pour des raisons de groupage des mises bas. L’insémination artificielle est utilisée à des fins génétiques (testage des béliers et diffusion). Au cours de la campagne 2004, 544 686 brebis laitières ont été inséminées, soit 67 % de la population raciale dont les 2/3 à but génétique. Au sein de la base de sélection, 132 624 brebis ont été inséminées, soit 84 % de l’effectif.


Agneaux

L’agnelage des brebis est centré sur les mois de novembre - décembre pour les adultes et décembre – janvier pour les agnelles.
La naissance des agneaux a donc lieu à l’automne. Les agneaux pèsent environ 4 kg et sont nourris exclusivement au lait de la mère pendant 1 mois. Ils sont sevrés à un poids moyen de 12 - 13 kg. Une partie des agnelles est conservée par l’éleveur pour le renouvellement de son troupeau.
Après le sevrage, les agneaux peuvent être commercialisés et consommés comme agneaux de lait. La plus grande partie est regroupée, soit par des groupements de producteurs, soit par des éleveurs particuliers ou soit par les éleveurs naisseurs eux-mêmes, dans des bergeries spécialisées. Les agneaux sont alors élevés pendant 80 jours environ avec une alimentation équilibrée à base de céréales et de fourrages (paille le plus souvent).
Les techniques d’élevage mises au point permettent d’obtenir avec cette race des résultats très performants. Les agneaux sont abattus de 35 à 38 kg. Les carcasses sont homogènes, elles pèsent entre 17 et 19 kg pour les mâles et 15 à 17 kg pour les femelles à un âge moyen à l’abattage de 110 jours.
De plus, ce type de viande possède une saveur peu prononcée et une couleur claire, goûteuse et attrayante pour le consommateur.


Renouvellement

25 à 35 % de l’effectif de brebis adultes est renouvelé chaque année.
Les agnelles sont choisies au sevrage à l’âge de 4 à 5 semaines. Très souvent, celles-ci sont procréées par insémination et issues de béliers améliorateurs. Dans les élevages en sélection, la moitié des agnelles conservées issues de l’insémination artificielle est fille de béliers améliorateurs, l’autre moitié est issue de jeunes béliers mis en testage sur descendance. Elles permettent d’évaluer la valeur génétique des jeunes mâles (indexation).
L’objectif recherché est une mise bas précoce, vers 13 mois. Dans la plupart des cas, afin d’avoir un développement optimal, les agnelles sont conduites à part du troupeau jusqu’à la mise à la traite. Parfois, adultes et agnelles sont regroupées pour le pâturage d’automne mais sont triées le soir en bergerie.


Brebis Lacaune laitière
Production laitière

Une production autonome et économe
La politique de maîtrise de la production, réalisée depuis 1988 par la mise en place de volumes individuels de références et le paiement du lait en fonction de ces volumes de productions, a induit une stabilité de la productivité. Les éleveurs ont fait porter leurs efforts sur l'amélioration des conditions de production définies dans le cadre de l'AOC Roquefort ainsi que sur l'autonomie alimentaire. Dans ce contexte, l'efficacité alimentaire des brebis pour la production d'un lait de qualité devient l’un des nouveaux objectifs.


Traite

Dans le système « Roquefort », pendant le premier mois de lactation, les brebis sont simultanément allaitantes et traites car le potentiel laitier dépasse les seuls besoins d’allaitement des agneaux (le lait n’est pas commercialisé).
La traite effective intervient après le sevrage des agneaux et agnelles et dure de 6 à 8 mois.

Les brebis sont traites deux fois par jour à environ 12 heures d’intervalle. Le troupeau reste en bergerie jusqu’en février - mars ou avril (début du pâturage variable suivant l’altitude des exploitations). Pendant le pâturage, le troupeau rentre tous les soirs en bergerie. De mai à juillet (fin de période de traite), le troupeau rentre pendant les heures chaudes de la journée et la traite du soir est souvent avancée de quelques heures.

La mécanisation de la traite a permis un développement de la production laitière en race Lacaune dans le Rayon de Roquefort.
Depuis 1945, elle s’est développée avec l’utilisation de machines à pots installées en bergeries. Le rendement de travail était alors de 40 brebis par heure et par trayeur.
Depuis 1960, la mise au point du système dit « Casse » (en arête de poisson) a permis d’atteindre un rendement de 150 à 200 brebis/heure et par trayeur. A l’installation des premières machines à traire, la traite était complétée par une séquence de traite manuelle appelée « repasse ». Progressivement, les éleveurs ont adopté la méthode de traite sans repasse (gain de temps sans perte de production).
Actuellement, grâce aux systèmes de contention et de décrochages automatiques des trayons, le système « Casse » permet d’atteindre un rendement de 350 brebis à l’heure. Le système rotatif quant à lui dépasse les 500 brebis par heure. La totalité des troupeaux est équipée d’une machine à traire ce qui a entraîné une sélection de la brebis Lacaune sur son aptitude à la traite mécanique.


Pis de brebis Lacaune
brebis-lacaune
01/12/05